Le feu sacré, fonction du religieux / Régis DEBRAY

  • Le spirituel se prépare à la mort, le religieux prépare les obsèques.
  •  « Violence » suppose le viol d’une valeur, comme l’excès dans l’emploi de la force, la transgression d’une norme. Dire qu’il n’est pas de vie sans violence est inexact.
  •  (La haine) est clairvoyante, méticuleuse, tenace, architecturale, constructive, matoise. Elle a des ongles, de l’audace et surtout de l’abnégation. Elle prend son temps.
  •  C’est l’altérité qui introduit à l’identité, notion éminament interactive.
  •  Le droit à la Terre Promise, c’est le droit à l’utérus pour tous ; et l’Exil, métaphore de l’expulsion natale, illustre la contrainte où nous sommes de grandir, mûrir et apprendre à nos frais. Pourquoi faire, l’au-delà, en un mot ? Pour revenir en deça, pour réparer le traumatisme de naître.
  • Même s’ils l’appellent « réalisme », leur principe de plaisir à eux, nos technocrates, malgré l’air pincé, l’attaché-case et la cravate, sont aussi étrangers à la pratique que les éthérés qui parlent de donner une âme à l’Europe en oubliant que l’âme, cela ne s’ajoute ni ne se fabrique, cela se retrouve.
  •  Un mot est un signe arbitraire (…)
  •  Le symbolique ne découvre sa portée propre qu’en se détachant du linguistique qui n’est qu’un élément parmi d’autres.
  • L’émergence symbolique n’a pas attendu le langage articulé et qu’un humain a pu faire du sens par des traits avant d’en faire avec des mots (l’homme préhistorique parlait comme un bébé mais utilisait des coquillages et des colorants pour orner les crânes).
  • Eglises et sectes ne sont pas là pour nous aider à résoudre des problèmes théoriques correctement posés, mais plutôt de nous aider à ne pas nous les poser.
  • Quand on dit « je t’aime » à quelqu’un, ce n’est paspour l’informer, c’est pour se découvrir.
  • Il nous est toujours difficile de dire à quoi l’on croit au juste et ce n’est pas grave pourvu que l’on sache vers où se tourner, derrière et avec qui.
  • Plusieurs millards d’humains précaires balancent entre deux appétences contradictoires : avoir une identité et ressentir une communion.
  • Spirituel et religieux ne sont pas synonymes. (…) L’expérience spirituelle concerne le sujet et sa vie intérieure (…). L’expérience religieuse est tournée vers le collectif ; elle extravertit l’intime et donne à voir l’invisible.

Acheter « Le Feu Sacré : Fonctions du Religieux »

Publicités