Elégies de Duino / Rainer Maria RILKE

Mais parce qu’être ici est faveur, et parce que
nous nous sentons indispensables à toutes choses ici :
vouées à disparaître, bizarrement elles nous interpellent,
nous, bien plus tôt qu’elles disparaissent.
Une fois, chaque chose, une seule fois.
Une fois, jamais deux. Et nous aussi,
une seule fois.
Mais avoir une fois été, même si ce n’est qu’une fois,
avoir été chose terrestre, c’est – semble-t-il – une fois pour toutes.

**

Mais le mort doit poursuivre sa route, et, en silence,
la doyenne des Eplorées le guide jusqu’à l’entrée de la vallée
où scintille au clair de lune
la source de joie.
Respectueusement, elle le nomme et dit :
« C’est chez les hommes un fleuve qui les transporte. »

Ils sont au pied de la montagne.
Elle le prend dans ses bras, et pleure.

Acheter « Élégies de Duino – Sonnets à Orphée et autres poèmes »

Publicités

Exprimez-vous !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s