Comment voyager avec un saumon / Umberto ECO

  • Je défends le droit au divertissement, surtout s’il sert à exercer le langage. (Préface)
  • On ne rit pas de l’auteur qui imite l’ivrogne, on paie directement à boire à l’alcoolo et on rit de sa dépravation (sur la tendance télévisuelle aux témoignages personnels).
  • Entrez dans une salle de ciné : si, pour aller de A à B, les protagonistes mettent plus de temps que vous ne le souhaiteriez, alors c’est un film porno.
  • Ainsi, celui qui exhibe son portable comme symbole de pouvoir déclare au contraire à la face du monde sa désespérante condition de sous-fifre, contraint de se mettre au garde-à-vous au moindre appel du sous-administrateur délégué, même quand il s’envoie en l’air, condamné, pour gagner sa croûte, à poursuivre jour et nuit ses débiteurs, persécuté par sa banque pour un chèque en bois le jour de la communion de sa fille.
  • Le visiteur s’avance et dit : « Que de livres ! Et vous les avez tous lus ? » (…) Avant, j’optais pour le mépris : « Non, je n’en ai lu aucun, sinon pourquoi les garderais-je ici ? ». (…) Le mieux serait la réponse standard de Roberto Leydi : « J’en ai lu bien davantage, monsieur, bien davantage » ce qui foudroie l’adversaire, le plongeant dans un état d’engourdissante vénération. Mais je la trouve impitoyable et anxiogène. Aujourd’hui, je m’en tiens à l’affirmation : « Non, là c’est ce que je dois lire d’ici le mois prochain, le reste je l’entrepose à l’université », réponse qui d’un côté suggère une sublime stratégie ergonomique, de l’autre amène le visiteur à anticiper le moment de prendre congé.
  • Dernièrement, un disciple soucieux (un certain Criton) m’a demandé : « Maître, comment bien se préparer à la mort ? – Une seule solution, être convaincu que tous les gens sont des couillons », ai-je répondu. (…) « Si tu te dis que toutes ces choses merveilleuses se produisent tandis que toi tu t’en vas, cela te serait proprement insupportable, n’est-ce pas ? Mais essaie de penser un instant que, au moment où tu sens que tu vas quitter le monde, (cinq milliard d’êtres humains), il est rempli de couillons (…). En cet heureux moment, ne serais-tu pas soulagé, satisfait d’abandonner cette vallée de couillons ?
  • Projet pour une université d’insignifiance comparée – Département de tétrapilectomie (science de couper les cheveux en quatre) :
    Hydrogrammatologie (technique de l’écriture sur des surfaces hydriques)
    Luthomiction (art de pisser dans un violon)
    Pyropigie (technique de mettres le feu aux fesses d’autrui)
    Scatotechnie perculatoire (analyse de formules comme « va te faire foutre »)
    Orchopercussion (art de s’en battre les couilles)
    Sodomokinésie (rythmique de la pénétration a posteriori)
    Hellénépiphanisation (art d’aller se faire voir chez les grecs)

Acheter « Comment voyager avec un saumon. Nouveaux pastiches et postiches »

Publicités

Exprimez-vous !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s