A l’ombre de l’archange

a-l-ombre-de-l-archange.jpg

A l’ombre de l’archange l’attend
L’écheveau de dix doigts
Que démêleront bien des fois
Ses longues effiloches de soie.

A l’ombre de l’archange l’attend
Une vague de murmures
Enroulée dans cette voix pure
Et posée là en guise de couverture.

A l’ombre de l’archange l’attend
Un regard complice de cette tendresse
Et de cette larme de délicatesse
Qui la déshabillent d’une seule caresse.

A l’ombre de l’archange, il l’attend
Sur un lit de varech et de goémon
Aménagé avec son cœur patient
Où il chassera tous ses démons.

Publicités