La fille du rang derrière / Françoise DORNER

La fille du rang derrière - Françoise DORNER

  • Son regard me manque, même s’il ne me voyait plus. Je n’ai plus d’âge, sans lui.
  • Mais quand on est entre deux vies, on hésite. J’avais très peur d’affronter la petite fille d’autrefois. Comment allait-elle me juger maintenant qu’elle avait grandi ? Je l’ai sûrement déçue. Elle va penser en me regardant : c’est ça que tu es devenue ?
  • Longtemps on prend le silence pour de la timidité et on imagine des phrases entières quand on se regarde. On croit qu’on se comprend à demi-mot. Et qu’on se tait parce qu’on est bien.
  • Ce serait toujours ça, la vie de couple ? Ne plus voir l’autre parce qu’il est là. Plus de conquêtes, plus d’attentions, plus de dangers, plus de mensonges, plus de promesses…
  • Maintenant, je comprenais ce besoin profond de clandestinité pour pouvoir se laisser aller, sans avoir honte, sans avoir peur des réactions si prévisibles : le regard des autres, la réprobation, l’indulgence, la pitié, la certitude de ceux qui disent « si j’étais à sa place »…
Publicités