Braconnages

La treizième mort du chevalier / Daniel PICOULY

  • Je te rencontre à chaque détour de pensée. L’impression d’avoir, toute ma vie durant, fait un semis de toi qui lève aujourd’hui sous chacun de mes pas.
  • Vous trouvez que le temps file, mais vous l’accélerez d’impatience, alors qu’il vous faudrait l’apaiser, le retenir. Le temps se prend en quarte, Chevalier.
  • Jeanne ! ô Jeanne ! Si tu n’avais ton âge à peine et moi la peine du mien. Si ma douleur se soustrayait de moi. Si ton ardeur s’ajoutait à la mienne. Si… Ce calcul est vain, Chevalier. le coeur est un enfant rebelle aux leçons de l’arithmétique.

Acheter « La Treizième mort du Chevalier »

Publicités

Exprimez-vous !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s