Braconnages

Dans le scriptorium / Paul AUSTER

  • Les photographies ne mentent pas, mais elles ne racontent pas non plus toute l’histoire. Elles ne font que rendre compte du temps qui passe, des signes extérieurs.
  • Là se bornent à présent mes désirs. Me tenir debout en plein air et voir le ciel immense et bleu au dessus de moi, contempler une dernière fois l’infini hurlant.
  • Sans lui, nous ne sommes rien, et le paradoxe, c’est que nous, les chimères du cerveau d’un autre, nous survivons au cerveau qui nous a fabriqués, car une fois lancés dans le monde, nous continuons à exister à jamais et on continue à raconter nos histoires, même après notre mort.

Acheter « Dans le scriptorium »

Publicités

Exprimez-vous !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s