Printemps

Le printemps sort de terre.

Les jonquilles n’ont pas fleuri,
Mais les agapanthes
Crapahutent
Un espoir d’été dans ma jardinière.

Tout est vert acide, tout frais.
Comme des nouveaux-nés
Graciles,
La rosée les a recouverts,
D’une enveloppe fragile.

Le soir tombe en crépuscule
Dans un silence bruyant
De sons assourdis
Où la quiétude bouscule
Les merles bavardant
Sur le toit verdit.

La terre froide révèle ses secrets
A mes doigts engourdis.
Trois bourgeons enroulés
Emergent fièrement.
Le lilium repousse dans la jardinière
Comme un espoir d’été :
Le printemps, enfin, sort de terre.

Publicités

Exprimez-vous !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s