Le palais de minuit / Carlos Ruiz ZAFON

Les braconnages sont des phrases tirées de mes lectures, pas forcément représentatives du livre, mais plutôt celles qui m’ont interpellées soit par le sens et la réflexion qu’elles ont provoquées chez moi, soit par la forme particulièrement réussie et la manière de dire.

  • La seule matière qu’il n’avait jamais été capable d’enseigner à ses élèves était l’art de dire adieu.
  • En les voyant franchir le seuil de St Patrick’s, Thomas Carter comparait souvent ces jeunes gens [orphelins] à des livres en blanc dont il avait été chargé d’écrire les premiers chapitres d’une histoire qu’on ne lui permettait jamais d’achever.
  • Son estomac exigeait qu’on s’occupe de lui en marquant une pause dans l’ingestion répétée de café, si l’on voulait qu’il continue d’accomplir ses fonctions sans perdre toute dignité.
  • Je ne sais plus si j’ai écrit cette histoire ou si c’est un autre homme qui l’a fait. Je ne sais plus si ces souvenirs sont miens ou si je les ai rêvés.
  • Les lieux qui abritent la tristesse et la misère sont le foyer de prédilection des histoires de fantômes et d’apparitions.
tous les livres sur Babelio.com
Publicités