Du côté des auteurs indés : Azel Bury

En attendant que mon troisième roman termine de mijoter, je vous propose de découvrir pendant les prochains billets quelques auteurs indépendants (on les appelle « les indés » ou « indies »). Les indés, ce sont des auteurs auto-édités, soit par choix, soit en attendant d’intégrer le monde de l’édition. Et contrairement à ce qu’on pense, il n’y a pas que des bouses… il y a aussi du très bon (la preuve, même les gros éditeurs commencent à faire leur marché chez les Indés). Cette semaine, découverte de l’univers d’Azel Bury.

La baie des morts

51wasna0-fl-_sx321_bo1204203200_Roman mi-fantastique, mi-policier, La baie des morts ravira les amateurs des deux genres. Le rythme est enlevé, le style percutant, on ne s’ennuie pas une minute, même quand on est confronté aux monologues étranges des âmes des vikings. Car, dans ce roman, les légendes viking se mêlent aux histoires paranormales pour élucider le mystère d’un crash aérien en Ecosse (il y a donc aussi des fantômes, en plus des vikings !).

J’ai lu ce roman parce qu’Azel était en train de l’écrire pendant notre premier Mooc Draftquest commun : moi qui n’aime pas forcément les romans policiers, j’ai plongé dedans sans m’en rendre compte et je n’ai pas réussi à le refermer avant d’avoir fini ! On retrouvera les enquêteurs de ce roman, Irma et Adriel, dans Orisha Song, à paraître prochainement.

Le résumé

Irma et Adriel,  journalistes  américains pour une émission à la noix intitulée   Au delà de l’au-delà   sont en mission en Ecosse : un petit garçon de 7 ans, Nicholas, voit des morts.  Le fantôme d’une petite fille cherche son jouet. Cruden Bay,  la baie des morts, est un village plutôt tranquille. Pourtant, il y a mille ans, une bataille terrible eut lieu sur ses terres, entre vikings et écossais. Il y a trente ans, un avion de ligne est tombé sur ses toits. Est-ce que le fantôme qui hante Nicholas est mort le jour du crash ? Est-ce que c’est le fantôme d’un viking qui semble courir la lande ? Joanna et Josepha, respectivement traqueuse de fantômes et médium guident nos deux journalistes sur les lieux. On va comprendre rapidement que l’affaire est plus compliquée que ça : Cruden Bay qui porte bien son nom,  a décidément bien des cadavres dans ses placards…

Pour acheter, rendez-vous là.*

La femme qui tua Stephen King

lfqtsk-cover-1000x1500-480x640C’est le premier roman d’Azel et je l’ai lu après La baie des morts. Là encore, je me suis faite attrapée car j’ai lu le livre d’une traite : le roman est écrit avec des mises en abîmes très réussies et surtout un humour noir… très noir. Mais si l’héroïne veut tuer Stephen King, ce n’est en fait qu’un vibrant hommage au maître du suspense, hommage très réussi et même si l’on n’aime pas particulièrement King. On retrouve le style percutant, drôle et même déjanté de l’auteur, à travers une histoire qui ne l’est pas moins !

Le résumé

Irma en a marre des écrivains à succès… Elle aussi elle veut gagner du fric ! Elle va imaginer un plan pour se débarrasser de Stephen King… Et petit à petit, elle va sombrer dans la folie. Une mise en abyme qui vous fera rire, car c’est une histoire comique avant tout… !

Pour acheter, c’est ici !*

De l’amour comme s’il en pleuvait

51urhny3del-_sx351_bo1204203200_On change de registre… Ce petit roman, écrit en quelques semaines, n’a pas l’air d’être ce qu’il est vraiment. ça dégouline d’amour, de sentiments, de bluette et de romance, certes, mais… c’est à lire au second degré ! On est ici dans le détournement de genre, très réussi ma foi, parce qu’on arrive à se prendre au jeu quand même : on a hâte de savoir ce qui arrive aux héroïnes de cette histoire. On y retrouve aussi les mises en abîmes chères à Azel, puisqu’il y a une histoire qui s’écrit à l’intérieur même de l’histoire.

Le résumé

« La vie se déroule comme une autoroute à deux voies : je suis sur celle de droite et je n’ai aucune envie d’embrayer.
Je les vois toutes, les copines, foncer droit dans le mur de la destinée… elles sont heureuses pendant six mois, un an, et puis c’est le chaos, la descente aux enfers, la rupture et la dépression. Non merci, pas pour moi. J’ai choisi mon camp.
Lisa aussi.
Elle a choisi le camp adverse.  »

Anna et Lisa vont tout de même trouver le grand amour ! Un feelgood book, avec de la romance et de l’humour !

Pour acheter, cliquez là*.

De l’amour et des anges

516swkdo25l-_sx311_bo1204203200_Nous sommes encore dans la romance, mais cette fois « pour de vrai » : c’est une jolie histoire d’amour et d’anges (donc) à travers laquelle on suit le cheminement de l’héroïne vers une difficile reconstruction après une douloureuse épreuve. Et, là encore, des histoires entrecroisées, ou plutôt parallèles, donnent tout son charme à ce roman doux comme une sucrerie au goûter. A lire quand on voit tout en noir, pour se remonter le moral. Ces anges sont bien mignons, tout comme Angus et Amy, et on se prend à vouloir les suivre dans un autre opus…

Le résumé

Chacun de leur côté,  ils ont connu bien trop tôt une rupture brutale. Leurs routes vont se croiser, sous le regard bienveillant de deux étranges observateurs… ÊTES-VOUS PRÊTS ?

Achetez ce livre ici*.

Pour suivre toute l’actualité d’Azel Bury, je vous invite à visiter son blog et sa page facebook.

*Les liens marqués d’une astérisque sont affiliés : si vous achetez par ce biais, ça ne vous coûte pas plus cher mais je touche une petite commission.

Publicités