C’est la semaine des auto-édités

Cette semaine, c’est la semaine des auto-édités, une chouette initiative partie d’un groupe Facebook… Il s’agit tous les jours d’arborer en photo de profil la couverture d’un livre auto-édité qu’on a bien aimé et qu’on a envie de mettre en avant. J’en profite pour faire un petit tour chez mes copains et copines indépendants, après vous avoir déjà parlé d’Azel Bury et de Marilyse Trécourt, histoire de vous faire découvrir d’autres talents.

Note : Les liens d’achats sont affiliés (c’est-à-dire que je touche quelques centimes si vous achetez par ce lien !).

Virginie Coëdelo, Se souvenir de nous

51k5ybxftgl-_sy346_C’est une jolie histoire sur les rapports entre une fille et sa mère, entre une femme et son (ex-)compagnon, entre une femme et un premier amour…

Plusieurs histoires s’entrecroisent et finissent par se relier les unes aux autres pour donner une fin assez inattendue mais délicate. J’ai beaucoup aimé ce livre par sa douceur, sa manière de raconter, comme un chuchotement. La relation entre une mère vieillissante et malade et sa fille adulte m’a aussi beaucoup touchée.

Pour acheter, c’est là : http://amzn.to/2c27IWp

Pascale Rault, La compagnie des livres

51x5sebylel-_sy346_La compagnie des livres est, dans le roman, le nom d’une librairie parisienne qui va voir se dérouler la vie depuis les années 50 à travers l’histoire de ses propriétaires successifs, de la même famille.

C’est une plongée assez délicieuse dans le quotidien de nos parents ou grands-parents : moi, en tout cas, ça m’a rappelé les fois où ma maman me racontait les premières télévisions, les manifs de mai 68, les uniformes à l’école et les briques chaudes dans le fond du lit l’hiver… J’ai passé un très bon moment de lecture.

Pour acheter : http://amzn.to/2c26Fps

Matthieu Biasotto, Kraft – Pictural – Harper

51cdel4t0elJ’ai commencé, comme beaucoup, à plonger dans l’univers de Matthieu Biasotto en lisant Kraft, qu’il offrait gratuitement en remerciement de l’inscription à sa newsletter. Je ne suis pas une grande lectrice de thriller (pour ne pas dire que je fuis habituellement ce genre de roman, comme les polars !) et j’ai plongé à corps perdu dans Kraft… L’écriture est incisive, le rythme haletant et si l’alternance des flash-backs peut dérouter au départ, on entre tellement vite dans le roman que l’on ne peut pas le laisser avant de savoir la fin.

J’ai éprouvé la même sensation avec Pictural, plus romance mais tout aussi « frissonnant », puis Harper. Ce que j’aime dans ces romans, c’est qu’il ne s’agit pas que de se faire peur mais aussi de s’interroger sur ce qui est important pour nous, sur la place de ceux qu’on aime dans notre vie.

Pour acheter : http://amzn.to/2c26HxI

Laure Manel, Histoire d’@ – L’embarras du choix

51whofyxuel-_sy346_Voici deux livres assez surprenants dans leur forme : le premier, Histoire d’@, est un roman épistolaire moderne, puisqu’il retranscrit une histoire d’amour à travers les échanges de mails des deux héros. Sous nos yeux se construisent concomitamment une belle histoire, un portrait de femme et, en filigrane, celui d’un homme.

L’embarras du choix est aussi particulier dans le sens où chacune des trois parties est un « scénario » possible suite au prologue. J’ai trouvé ça très bien mené et la chute reste inattendue !

Pour acheter : http://amzn.to/2c8BOIG

Jean-Marc Bassetti, Juste un petit grain de sable

516xcc7cwfl-_sy346_C’est l’histoire de… En fait c’est plein de moments historiques que l’auteur réécrit à sa manière, en imaginant une fin différente : c’est ce qu’on appelle des uchronies. Et si Marie-Antoinette avait eu Robespierre comme amant, ça aurait donné quoi, la révolution ?

Ce sont de courtes histoires, parfois complètement loufoques, mais à la fin de chacune, on apprend ce qui s’est véritablement passé… et on se dit que, parfois, il aurait été bon d’inverser le cours de l’Histoire.

Pour acheter : http://amzn.to/2c271MD

Violaine Biaux, L’involontaire résurrection de Marie-Charlotte

61mfdcwmfdlJ’ai adoré ce petit roman hyper bien mené, drôle et attachant à la fois. Il raconte l’histoire d’une vieille bique riche qui se réincarne en jeune garçon de banlieue… mais elle garde quand même sa mémoire de vieille bourgeoise.

On suit donc l’itinéraire de Marie-Charlotte devenue Kévin dans sa nouvelle vie, pas piquée des vers…

A lire quand on n’a pas le moral !

Pour acheter : http://amzn.to/2bVmdzh

Catherine Choupin, Les deux destins de Rose et L’amour à retardement d’Olivier Ameisen

5116pgzimzlJe cite ces deux-là car ce sont ceux qui m’ont le plus touchée mais Catherine a plus d’une dizaine de romans à son actif déjà ! J’aime son écriture qui est juste et riche, recherchée mais sans en faire trop.

Ses romans sont courts, parfois trop, mais ils baignent dans une douce atmosphère un peu surannée qui fait du bien, avec des intrigues très réussies et où la chute nous surprend toujours.

Pour acheter : http://amzn.to/2bVmdPR

 

 

Voilà pour aujourd’hui, il y a encore plein d’auteurs indépendants (ou auto-édités) de qualité qui ne demandent qu’à être découverts, j’en citerai d’autres dans un prochain billet. Et vous, vous lisez aussi des « indés » ? Qu’en pensez-vous ?

 

 

Publicités