Retour sur le salon du livre de Mesquer-Kercabellec

Dimanche dernier, j’étais au Salon du livre de Mesquer Kercabellec, en Loire-Atlantique. Un salon très bien organisé, que j’ai découvert, avec des bénévoles aux petits soins pour les exposants. La marraine de cette année était Madeleine Chapsal.

C’était intéressant pour moi d’aller présenter mes livres là où se déroule une partie de l’action de Petite Mouette, mais bizarrement ce n’est pas celui-là que j’ai vendu ! Le « butin » fut modeste (2 ventes-dédicaces) mais ce fut une belle journée de rencontres et de soleil.

Salon livre Kercabellec 2017 Lynda Guillemaud

J’avais choisi d’être à l’extérieur (la salle de l’Artymès étant très jolie mais un peu sombre…) et malgré le froid de canard le matin, je me suis félicitée de ce choix car le soleil a été généreux l’après-midi, incitant les gens à flâner dans les allées. Autour de moi, pas mal d’auto-édités mais aussi des petits éditeurs.

Lynda Guillemaud Kercabellec-Mesquer Salon du livre 06 08 2017

J’avais décidé de mettre le prix de mes livres bien en évidence, avec une petite phrase d’accroche que je me suis amusée à calligraphier le matin… ça a plutôt bien fonctionné, beaucoup de gens ont lu le résumé des livres. Sans acheter, certes, mais quand ils lisaient, je leur donnais un marque-page. Je ne suis pas du genre à « alpaguer » les gens pour leur vendre mes livres, je sais que c’est peut-être plus efficace, mais ce n’est pas mon tempérament et surtout, en tant que lectrice, je déteste ça 🙂 . Si un livre m’attire, je m’arrête, je lis et je demande des renseignements…

J’ai ainsi vendu un Vent des Lumières (version auto-éditée) à une charmante dame prénommée Maryline qui a été attirée par la couverture et par le résumé du livre : « J’ai envie de savoir ce qu’elle va devenir, cette jeune fille qui se déguise en garçon ! ». Elle m’a confiée être une grande fan des romans d’Anne Golon (les « Angélique ») alors je lui ai dit qu’elle était au bon endroit !

Ma deuxième vente fut pour les Ombres de Brocéliande et à ma grande surprise, c’est moi qui a été photographiée… en train de dédicacer ! Un grand merci au photographe, Michel Iordanov, qui m’a gentiment offert les photos. Je vous conseille d’aller visiter son site.

Lynda Guillemaud- Festival du livre- Mesquer 08-2017 -1
Photo Michel Iordanov.

J’étais assez contente de ma plume à dédicace (une vraie plume de goéland, ramassée sur la plage la veille, à laquelle j’ai administré une mine de stylo bic #macgyver :p ). Elle a fait son petit effet, je dois l’avouer. Je trouvais ça plutôt raccord avec mon roman historique… d’ailleurs, je me demande si je ne vais pas pousser le bouchon jusqu’à me trouver une robe d’esprit XVIIIème 🙂

J’ai également vu une dame très charmante qui était super contente de me voir « en vrai » car elle a déjà acheté et lu tous mes livres (une vraie fan, ouaw !). Elle était même déçue de n’avoir pas amené ses exemplaires pour me les faire dédicacer… et que je n’ai pas encore écrit de nouveau livre ! 😀 On a passé un bon moment à discuter et je vous avoue que ça m’a fait très plaisir…

Bref, ce fut une belle journée de salon et nul doute que j’y reviendrais de nouveau l’année prochaine avec plaisir (si je ne suis pas en vacances à cette époque-là). En attendant, je vous donne rendez-vous le mercredi 27 septembre au Cultura de Rennes Chantepie pour une séance de dédicaces (ma première en librairie !) et au salon « La plume et le trait » les 21 et 22 octobre à Châteaubriant (halle de Béré).

 

 

[Vacances] Mes chats sont bizarres… ou pas

C’est les vacances, alors j’ai envie de vous parler d’autre chose que de livres et d’écritures, pour une fois. J’espère que vous ne m’en voudrez pas (mais, après tout, je fais ce que je veux, je suis chez moi ! 😀 ). Donc, cette semaine, on fait léger, je vais vous parler de mes chats.

20170709_201006

J’ai deux demoiselles à la maison (une pour chacune de mes filles) : Anthracite, la grise à poils longs et Onyxia, la noire à poils courts. On me demande souvent où je vais chercher les noms de mes animaux (il faut savoir que mes chats précédents se sont appelés : Cléopâtre, Méfistophélès, Figaro… vous voyez le genre).

Comme j’aime les mots, j’aime les noms originaux et surtout qui sonnent bien (donc mes chats ne s’appelleront jamais Mistigri, Minette, Félix ou ce genre de choses…).

onyxia-14f615
L’antre d’Onyxia, un « world boss » de World of Warcraft.

Anthracite, c’était à cause de son pelage (évidemment) et parce que le mot est joli, sonore, esthétique.

Onyxia s’appelle ainsi également à cause de son pelage (l’onyx est une pierre noire) et parce que c’est le nom d’un dragon qu’il faut tuer dans le jeu World of Warcraft (je suis une fan depuis 2007, même si j’ai sérieusement freiné le jeu depuis 2-3 ans… ben oui, quand on joue, on n’écrit pas !).

Anthracite fait systématiquement un petit « miaou » à chaque fois qu’elle passe le seuil d’une porte de l’extérieur à l’intérieur ou vice versa. C’est à la limite du réflexe pavlovien, je crois.

SAMSUNGElle aime particulièrement dormir les quatre pattes en l’air (en langage « chat », ça veut généralement dire qu’elle se sent en totale confiance, car exposer ainsi son ventre la rend très vulnérable).

Chats 006Elle a une manière assez unique de « s’asseoir » sur son derrière pour se toiletter le bidounet. C’est toujours très comique, on dirait vraiment qu’elle est assise.

Les dortoirs d’Onyxia : le coussin gauche du canapé (pas le droit !), l’accoudoir gauche du canapé, le rebord de la fenêtre du bureau, les chaises de la table (si tu te lèves pour aller chercher ton dessert, quand tu reviens, la place est prise !), une feuille ou un livre posé sur le bureau, le lit de ma fille cadette ou le lit conjugal (seulement si Anthracite n’y est pas), des endroits assez inattendus comme une remorque, le toboggan… Son dortoir préféré : le bleu plein de cambouis de mon mari (sans blaguer !).

Les dortoirs d’Anthracite : le rebord de la fenêtre du bureau, la table à repasser, le panier de plage planqué au fond du dressing, le lit conjugal, la méridienne du canapé (à droite, parce qu’à gauche, c’est Onyxia), la baignoire…. Son dortoir préféré : les chaussettes de mon chéri (sans blaguer, mes chats aiment mon chéri !).

Anthracite est la plus âgée et domine Onyxia : quand elle est quelque part, sa soeur n’y va pas. C’est toujours Anthracite qui léchouille Onyxia, jamais l’inverse. En général, Onyxia est de bonne composition, elle se laisse faire (mais pas toujours). Elles ont la particularité d’avoir la même mère, mais pas de la même portée (ni la même année).

chaises 004

L’une et l’autre nous suivent lorsqu’on change de pièce : si on est dans le salon, elles sont dans le salon, quand on monte se coucher, elles suivent (même si elles vont ensuite dans la pièce d’à côté à l’étage). Mais il y a toujours cinq ou dix minutes entre le moment où l’on quitte la pièce et le moment où elles bougent (pas comme des chiens qui vont vous suivre à la trace). C’est assez symptomatique des chats, je trouve : je suis indépendant, mais pas trop loin quand même 🙂 .

chat 003

Onyxia se laisse tomber sur le côté quand on commence à la caresser (mais elle se laisse vraiment tomber, comme une grosse masse).

Anthracite donne des grands coups de tête pour se faire caresser ou bien lèche les doigts, la main, voire la figure… y compris en plein milieu de la nuit. Les deux aiment squatter mon clavier d’ordinateur sur le bureau ou dans mon lit.

Onyxia est capable de s’enrouler sur elle-même pour dormir sur un post-it carré posé sur le bureau, même s’il y a de la place autour (c’est psychologique, il faut qu’elle soit SUR le post-it).

Il y a sûrement d’autres choses rigolotes et vous en avez sûrement vous aussi, si vous avez des chats… On se les raconte en commentaires ?

 

Besoin de lecture pour les vacances ?

L’été se profile… C’est le moment où on remplit ses valises de livres ou sa liseuse d’ebooks, afin de lire sur la plage, à la montagne, à la campagne, sur un transat… bref : tranquille ! Si vous n’avez pas d’idées de lecture, je vous donne trois idées (lesquelles sont très égo-centrées puisqu’elles concernent mes livres :p )… mais pas que !

Envie de lire mes romans ?

Je vous rappelle que mon premier roman Le vent des Lumières sort en librairie chez les Editions Terre d’Histoires (City Editions) en ce moment même (peut-être avec quelques jours de retard, n’hésitez pas à demander au libraire !).

J’ai reçu mes exemplaires cette semaine et je peux vous dire que la fabrication est particulièrement réussie, une très belle mise en page et une couverture qui tape à l’oeil ! La version papier est au prix de 18,90€ (en librairie, donc) et en ebook à 13,99€.

Si c’est le numérique qui vous tente, sachez que deux autres de mes romans seront en promotion à -50% (soit 1,49€) cet été : Petite Mouette  jusqu’au 16 juillet et Oraison pour une île du 4 au 31 juillet. Et si jamais la mer ne vous tente pas, il vous reste Les ombres de Brocéliande (pas de promo, mais à 2,99€ ça reste moins cher qu’une glace !).

Promo de l'été 2017

Envie de lire autre chose ? Mes coups de coeur du moment !

Voilà les dernières lectures qui m’ont enthousiasmée, je vous conseille de vous y plonger car vous passerez un bon moment.

Rien d’autre que la vie / Claire Casti de Rocco

couv ames foret2Anna et Laurent se sont aimés il y a quinze ans. Apprendre la mort de son premier amour, c’est parfois être contrainte à revivre le passé. C’est peut-être aussi s’aventurer à découvrir des vérités bien cachées. Quel est le lien entre la lettre bouleversante que Laurent a écrite à Anna avant de mourir, et la rupture d’un amour inébranlable ? La vie qui danse, rit, hurle, révèle ses joies et ses peines, voilà le fil rouge de ce livre. Un livre tout en émotions où la tentation du bonheur et le doute ne sont jamais très éloignés l’un de l’autre. Avec en toile de fond le somptueux décor des falaises normandes, une invitation au voyage entre présent et passé, une ode à l’amitié et à l’amour. Un hymne à la vie, rien d’autre que la vie.

La fin de ce roman m’a émue aux larmes (ça n’arrive pas très souvent, pourtant…) tellement l’auteure sait nous emporter avec elle dans cette histoire. Elle parle d’amour mais surtout d’amitié, en nous replongeant dans la période des amours de jeunesse, des folies qu’on fait à 16 ans, de ces histoires qui nous marquent jusqu’à l’âge adulte… Un très beau livre (et ce n’est pas parce qu’il est chez le même éditeur que moi que je le dis !) 🙂

En broché (City Editions), 18,90 € / En ebook sur Amazon, 3,99€ (liens affiliés)

La délicatesse du homard / Laure Manel

41qeefmy6rlElle est partie aussi loin qu’elle a pu, pour rejoindre le début du bout du monde… et venir s’échouer au pied d’un rocher face à la mer d’Iroise. Elle dit s’appeler Elsa.
Elle ne veut pas qu’on lui pose de questions.
Qui est-elle ? Que cache-t-elle ?
Et lui, que cache sa rudesse ? Lui qui l’accueille sans même savoir pourquoi…
Un roman à deux voix. Deux voix qui se racontent, et se taisent. Deux voix qui laissent place aux pas des chevaux, au vent qui plie les herbes sur la dune, au ressac sur le rivage et aux souvenirs échoués sur le sable.

C’est encore un livre qui nous plonge dans le passé, mais c’est surtout l’histoire d’une reconstruction, patiente, à petites touches. Comme on découvre à petites touches qui est l’héroïne, au fur et à mesure qu’elle se dévoile à son « sauveur »… C’est un livre écrit à deux voix, tantôt par lui, tantôt par elle. C’est aussi un hommage aux superbes paysages bretons du Finistère… et aux chevaux qui ont un rôle à jouer dans cette histoire.

En broché (Michel Lafon), 18,95€ / En ebook (Amazon), 3,99€ (liens affiliés)

Le blog va faire une pause pendant les vacances… Le temps pour moi de me reposer et d’écrire, bien sûr. Je vous souhaite un bel été… plein de livres 🙂

 

 

 

Un tour en Brocéliande (2)

Suite de la petite balade que je vous propose sur les lieux emblématiques de Brocéliande, en compagnie de Gabriel et de Marion, les héros de mon dernier roman Les ombres de Brocéliande. La première partie de la promenade est à découvrir ici.

Le château de Comper

Le château de Comper est situé tout au nord de la forêt. Ce jour-là, avec ma fille et ses copines, nous n’y avons fait qu’un arrêt express car je savais que pour visiter le Centre de l’imaginaire arthurien et ses magnifiques expositions, il faut prendre le temps (et nous n’avions qu’une après-midi pour tout faire !). Je ne peux que vous conseiller d’y faire une longue pause, cela vaut le détour. Toute l’histoire de la forêt est là et bien plus encore : on y évoque aussi le Moyen-Âge, les fées, les dragons, tout ça… et les légendes arthuriennes, bien sûr.

 

Le château de Comper et le lac qui le borde sont connus pour être le domaine de la fée Viviane, l’amoureuse de Merlin l’enchanteur. C’est là que le magicien construisit pour elle un palais invisible : il paraît que quand on se penche sur l’eau du lac, on peut voir les tours se détacher des profondeurs. On surnomme aussi Viviane « La dame du lac ». C’est dans ce palais que Viviane a aussi élevé Lancelot (du lac, donc), le chevalier au coeur pur qui lèvera entre autres le sortilège de Morgane au Val sans retour (ça va, vous suivez ?).

— Si mes souvenirs sont bons, le testament parlait de cette entrée monumentale, expliqua Marion en désignant la voûte sous laquelle ils se tenaient et qui marquait le début de la cour du château.
Malgré lui, Gabriel ne put s’empêcher de scruter les pierres du mur, posant ses doigts sur les joints qui s’effritaient, interrogeant chaque anfractuosité à la recherche d’un indice. Il n’insista pourtant pas très longtemps, comme s’il avait acté le fait qu’il ne trouverait rien.
— Je reviendrai, je reviendrai, murmura-t-il en revenant vers la voiture avec Marion. J’aime bien ce château, il ressemble au mien… enfin au futur mien !
(Chapitre 25, Les ombres de Brocéliande).

Concoret et le chêne à Guillotin

Non loin du petit village de Concoret (où Gabriel et Marion dînent un soir) se trouve le très remarquable chêne à Guillotin, que l’on appelle aussi Chêne Eon. Cet arbre vénérable a, dit-on, plus de mille ans.

A l'ombre du chêne à Guillotin Brocéliande

Il doit son nom à un prêtre réfractaire, Guillotin. Sous la Révolution française, ce brave homme d’église refusa de prêter serment sur la Constitution civile du Clergé décrétée par l’Assemblée nationale : il devint proscrit. Pour échapper aux Gardes Nationaux, il se cacha dans le tronc du chêne et s’y abrita le temps que les soldats s’éloignent. Aujourd’hui, on ne peut plus entrer dans le tronc mais celui-ci fait toujours une circonférence impressionnante. Une plateforme l’entoure et soutient ses plus grosses branches, pour encore quelques années sûrement…

Chene Guillotin Brocéliande

La fontaine de Jouvence

En continuant vers l’est en direction de Saint-Malon-sur-Mel, on arrive sur un parking à proximité du Tombeau de Merlin et de la Fontaine de jouvence. Il faut être vigilant sur la route, car tous les sites ne sont pas indiqués très clairement (ou alors au dernier moment !). Même moi qui connaît la forêt par coeur, j’ai fait demi-tour une ou deux fois…

Fontaine jouvence brocéliandeLa fontaine de Jouvence est moins spectaculaire que Barenton, à mon sens, et pourtant elle est plus grande. Mais elle est moins sauvage, plus policée, moins surprenante. En revanche, si vous poussez quelques mètres plus loin, vous découvrirez une drôle de clairière où les gens de passage s’amusent à empiler des cailloux (on voit ça souvent). Ici, la légende a « récupéré » ça en racontant que les lutins déplacent les monticules dès que vous avez le dos tourné. La tradition veut que l’on marque son passage dans la clairière en faisant aussi son petit monticule, mais surtout sans détruire ou démonter ceux qui existent. On a juste le droit de ramasser les cailloux qui sont déjà tombés…

Sur certains, vous verrez des petits mots, des fleurs, parfois même des morceaux de bijoux, autant d’ex-voto émouvants assez caractéristiques de ces croyances païennes qui émaillent les traditions bretonnes (un jour, je vous parlerais peut-être de la Tombe à la Fille, en forêt de Teillay…).

clairière des lutins brocéliande
La clairière des lutins…

Qui a dit que tu allais revenir dans ce trou perdu, d’abord ? Gabriel Mauny, tu as autre chose à faire que de te balader à la recherche des enchanteurs sous les pierres et des fées dans les arbres ! Si Gilles m’entendait, il me rigolerait au nez, tiens.
— Oh ! C’est quoi, ça ?
Levant la tête, il venait de tomber en arrêt sur une image complètement décalée : devant lui, dans une sorte de petite carrière creusée à même la roche, se trouvaient des centaines de petits tas de pierres empilées les unes sur les autres. Certains édifices atteignaient même le mètre de hauteur, ressemblant parfois à des dolmens, serrés les uns contre les autres.
(Chapitre 12, Les ombres de Brocéliande)

Le tombeau de Merlin

Ce site peut décevoir si on s’attend à quelque chose de grandiose. Au contraire, moi je le trouve émouvant parce qu’il est intime. On entre dans une petite clairière bien délimitée par une sorte de petite palissade noyée sous les arbustes et au milieu de laquelle se trouvent trois grosses pierres. Avant, un houx poussait entre les deux plus grosses : aujourd’hui, il a disparu (coupé ? tombé ?).

Tombeau merlin Brocéliande 2

Là aussi on retrouve des offrandes multiples et diverses que beaucoup de touristes mal renseignés prennent pour des déchets : des fruits, des papiers avec des messages, des tickets de loto (!), des branches, des fleurs… Le jour où nous sommes venus, il y avait de magnifiques roses blanches sur la pierre, mais aussi deux petites statuettes de fées cachées entre les deux roches.

anges tombeau de merlin broceliande

A chaque fois que je suis face au tombeau de Merlin, je ne peux m’empêcher de penser aux personnes qui ont déposé ces objets : pourquoi l’ont-elles fait ? qu’ont-elles demandé à Merlin ? leur voeu s’est-il réalisé ? Je trouve que cela rajoute à l’ambiance mystique qu’on ressent ici.

Est-ce Merlin qui nous ensorcelle ? Je ne le sais. La légende raconte que Viviane a enfermé ici pour l’éternité l’enchanteur dans neuf cercles d’air, retournant contre lui son sort le plus puissant…

 

 

En fait, il se retrouvait sans mots pour décrire ce qu’il ressentait. Curieusement, lui si cartésien, si rationaliste, ressentait presque la présence de l’enchanteur au milieu de cette forêt. Quelque chose — ou quelqu’un ? — l’interpellait. Gabriel ferma les yeux comme pour s’imprégner de cette présence. Marion le regardait, troublée ; elle n’imaginait pas que le jeune homme serait sensible à ce point au site légendaire.
— Pourquoi Viviane l’a-t-elle enfermé là ? demanda-t-il en se relevant pour rejoindre Marion.
— Afin de le garder à ses côtés pour toujours, répondit la jeune femme. Merlin lui a appris le secret pour retenir un homme éternellement… Elle l’a utilisé contre lui. Mais c’était par amour. On dit qu’ils sont toujours dans la forêt, ensemble, et qu’ils prennent désormais des formes différentes : oiseaux, papillons, cerfs… C’est le symbole des amants éternels.
— C’est une belle histoire…
(Chapitre 11, Les ombres de Brocéliande)

Le chêne des Hindrés

On finit cette balade par un arbre, sur la route qui rejoint Paimpont : il faut s’arrêter sur un parking en pleine ligne droite, puis faire huit cent mètres dans la forêt.

Autour des Hindrés Brocéliande

Les arbres ici sont tous très hauts, sinueux, majestueux, avec cet air vénérable qui les rend vivants. Ma fille m’a dit « On est chez les Ents du Seigneur des Anneaux ! » et je crois qu’elle a raison : on s’attend presque à ce que les arbres parlent.

Vers les Hindrés Brocéliande
Sur le chemin des Hindrés.

Le chêne des Hindrés est moins vieux que celui de Guillotin mais il a tout de même quatre à cinq cents ans. Ses branches maîtresses sont pleines de rondeurs, comme des tentacules figées.

A l'ombre des Hindrés Brocéliande
Le chêne des Hindrés.

Un peu plus loin, vous trouverez une reconstitution des fouées de charbonniers : Brocéliande a été, au 19ème siècle, un grand centre industriel. On extrayait du sous-sol du plomb aurifère (c’est-à-dire qu’il contenait d’infimes quantités d’or) et l’on fondait le plomb aux Forges de Paimpont (celles de la chanson !). Pour alimenter les forges, on avait besoin de charbon et la population de la forêt brûlait donc du bois selon la technique des fouées pour fabriquer du charbon. Fin de la minute pédagogique 🙂 .

fouée de charbonnier Brocéliande

Trécesson

Nous n’avons pas eu le temps de le voir ce jour-là, mais c’est un des sites les plus célèbres de la forêt. Château de conte de fées, il fait rêver les petites filles avec ses tourelles, son pont-levis et son étang mystérieux.

La légende, elle, est moins joyeuse : on dit que le fantôme d’une jeune mariée enterrée vivante le soir de ses noces revient errer la nuit sur les eaux du lac…

6464764447_5061385029_b
Le château de Trécesson (photo Philippe Manguin)

— Les bourreaux n’étaient pourtant pas des psychopathes, répondit Marion en riant. Il semblerait qu’il s’agisse des deux frères de la fiancée. Ceux-ci n’acceptaient pas l’époux qu’elle s’était choisie… On dit que le fiancé est entré ensuite dans les ordres. Depuis, on voit parfois une silhouette en robe blanche flotter au-dessus de l’étang de Trécesson.
— Tu n’as pas quelque chose de plus drôle ?
— Attends voir… Ah, il y a aussi la légende du Manoir du Pied d’Ânon, s’exclama Marion. Ou alors préfères-tu celle de la Chambre aux revenants ?
— Trécesson serait-il hanté ?
— On le raconte… Mais c’est peut-être une supercherie des propriétaires pour qu’on les laisse tranquilles !
Ils avaient continué leur promenade tout en parlant, sur le ton de la confidence, alors que l’obscurité commençait à envahir les lieux. Ils restèrent un long moment assis sur le mur qui bordait l’étang, regardant la nuit avaler progressivement le château qui dégageait quelque chose d’assez intense, comme une aura ou même un charme magnétique.
(Chapitre 37, Les ombres de Brocéliande).

Voilà, c’est la fin de ce petit tour en Brocéliande… Je ne peux que vous inciter à contacter l’Office de tourisme Destination Brocéliande, ils sauront vous guider pour découvrir cette magnifique forêt. Alors, vous venez quand ? 😉

 

Enregistrer

Tag : ma vie en 20 questions

Histoire de parler de moi (un peu) et de faire une pause rigolote entre deux pages d’écriture, je me suis amusée à répondre à ce tag que j’ai trouvé sur un blog… 🙂

Quelle est ta couleur préférée ? Le violet, sous toutes ses nuances. ça a longtemps été le bleu, mais j’aime les tons plus chauds du violet…

Quel est ton chiffre préféré ? Je n’ai pas vraiment de chiffre préféré… Disons le 9 (c’est l’addition des 2 chiffres de mon jour de naissance 😉 ) !

Quelle est la carrière de tes rêves ? Euh… écrivain (étonnant, hein ?). J’aimerais vraiment pouvoir vivre de mon écriture, un jour… En tout cas, j’essaie d’y parvenir.

Que fais-tu de tes temps libres ? J’écris, je lis, je marche. Je rêve aussi… En fait non : j’écris dans ma tête. J’aime jouer à World of Warcraft aussi, mais j’ai un peu mis en pause car c’est très chronophage comme occupation !

Quel est ton pays de rêve pour voyager ? La Nouvelle-Zélande. Pas à cause du Seigneur des anneaux, ce rêve date d’avant, même si le film n’a fait que renforcer cette envie… Parce que les paysages sont grandioses… et pour le fait de se retrouver aux antipodes (j’aime bien l’idée d’être au bout du monde, en fait…).

mountains-2104556__340
La Nouvelle-Zélande (source Pixabay).

Quelles sont tes séries préférées ? Je n’en ai pas vraiment, je ne regarde quasiment jamais la télé car j’ai l’impression de vite m’ennuyer. Bon, quelquefois je me laisse entraîner par un épisode de séries policières américaines que la famille regarde (genre Esprits Criminels, les Experts) mais c’est surtout le côté scénaristique qui m’intéresse.

Quel est ton magasin préféré ? Euh, pfff… J’aime faire du shopping (souvent sans rien acheter d’ailleurs !), avec mes filles ou ma maman, mais je n’ai pas d’enseigne favorite en tant que telle. Cela dit, j’aime bien traîner dans les magasins de déco style Maisons du monde.

Quel est ton film préféré ? Pas facile… Je vais très peu au cinéma aussi. Il y a des incontournables qui ont marqué ma vie : Le cercle des poètes disparus (j’avais 14 ans !) qui m’a ouverte à la littérature (avec un grand L), Le nom de la rose (parce que Sean Connery hein), j’aime toujours re-re-re-garder le Titanic de James Cameron parce que je trouve ce film vraiment bien scénarisé et assez exemplaire dans la manière de traiter un événement historique de façon romancée. Il y a aussi Les ailes du désir de Wim Wenders, dont j’adore la poésie. Cela dit, de manière générale, je ne suis pas trop « film d’auteur », je suis assez bon public pour les blockbusters où ça explose partout !

Trois choses dont tu as besoin pour vivre ? Du soleil, de la mer (ou à défaut de l’eau) et… manger 🙂 .

Tu ne peux pas dormir sans… ? Quelque chose sur moi (une nuisette, un drap, une couette, ça dépend). Et même si ça ne reste pas toute la nuit ! 😉

Quelle est ta chanteuse/ton chanteur préféré-e ? Bon, vous devinez, non ? U2 au hasard. 🙂 En chanteuse j’ai toujours aimé les voix puissantes du style de Whitney Houston.

Quel est ton plat préféré ? J’adore les légumes, les fruits frais et le camembert (je peux faire un repas sans dessert mais jamais sans fromage). Cela dit, je reste une incorrigible carnivore donc mon plat préféré c’est une bonne côte de boeuf au feu de bois. Sinon, le navarin d’agneau avec des petits pois de printemps et des jeunes carottes de ma môman 😉 .

Quel est ton animal préféré ? Le chat, évidemment. Quand je serai morte, je voudrais me réincarner en chat : dormir, manger, avoir de la compagnie mais que quand je l’ai décidé, c’est tout à fait moi 🙂 .

Clin d'oeil à David Meulemans ;)

Quelle est ta saison préférée ? L’été. Parce qu’il fait chaud (normalement !) et que c’est les vacances :p

Quel est ton dessin animé préféré ? Quand j’étais petite, je ne ratais jamais un épisode de Candy (oui, chacun ses casseroles !). Plus grande, j’étais fan d’Olive et Tom (ce qui m’a amenée à écrire ma nouvelle La dernière mi-temps, d’ailleurs !). Aujourd’hui j’aime bien les Disney, les Pixar et cie.

Tu es plutôt salé ou sucré ? Salé, salé et resalé. Je peux me passer de dessert, à tel point qu’il m’arrive d’oublier de prévoir un dessert quand je reçois du monde à manger (heureusement j’avais de la glace dans le congélateur !).

Quelle est ta phobie ? Les araignées (bon, les grosses hein !). Sinon je n’aime pas les portes fermées, donc tout est toujours ouvert chez moi ou dans mon bureau (à tel point qu’on a supprimé certaines portes), je dois être un peu claustrophobe.

Ton Disney préféré ? J’hésite entre Le Roi Lion et Aladdin.

Quelle est ton actrice et acteur préférés ? Comme les films, je n’ai pas tellement de préféré-e en la matière. En général je ne vais pas voir un film pour son acteur ou actrice 🙂

Quelles sont tes passions ? L’écriture, la mer, les chats… et U2. J’aime aussi la déco. En fait, je suis assez curieuse de tout, j’aime découvrir de nouvelles choses, mais je reste assez « monomaniaque » dans certains domaines (la musique, notamment).

Voilà, vous en savez un peu plus sur moi… Si ça vous dit, répondez-y aussi sur votre blog ou votre page FB et postez le lien en commentaire ! On se retrouve la semaine prochaine avec la suite de la visite de Brocéliande.