Mon plan de bataille pour intégrer les retours des bêta-lecteurs

Depuis le début de la semaine, j’ai commencé les corrections du manuscrit de mon 5ème roman Le Sang des Lumières, à la suite des retours de mes bêta-lecteurs. Dans ce billet, je vous explique comment je m’y prends pour prendre en compte les remarques des uns et des autres. La semaine prochaine, je lèverai le voile sur la teneur de ces retours (sans spoiler !).

Quand on a plusieurs bêta-lecteurs (12 pour moi !), on peut être vite perplexe à la manière de procéder pour intégrer les retours de tout le monde et ne rien oublier. Je vous avoue que ce fut d’ailleurs mon premier réflexe. J’ai donc été voir chez les copines comment elles se débrouillaient : vous pouvez retrouver la technique de Nathalie Bagadey ici et celle de Marièke Poulat là. Puis j’ai adapté à ma manière de fonctionner.

1) Lire les retours et prendre des notes

Je commence toujours par lire les retours en entier avant de prendre des notes. D’abord parce que je suis trop pressée de connaître le contenu 😀 . Ensuite parce qu’il faut un petit temps pour digérer les remarques (surtout s’il y en a des négatives). Enfin parce que ça permet de mettre à distance et d’avoir un peu de recul au moment de prendre des notes.

Grâce au questionnaire que j’ai envoyé à mes bêta-lecteurs, j’ai des réponses par thématique, donc plus structurées, même si certains m’ont fait un rapport de lecture à part. Lors de la deuxième lecture des retours, j’ai donc pris mon carnet d’écriture et, pour chacun d’entre eux, j’ai noté ce qui me paraissait le plus important, en positif (c’est bon pour le moral !) comme en négatif. Pour cette étape, je ne fais pas de tri : je note tout, même des choses que je n’appliquerai certainement pas.

En mode corrections sur Le Sang des Lumières
Prise de notes sur les retours de bêta-lecteurs.

Je lis aussi le manuscrit qui m’a été retourné, avec les commentaires, lorsqu’il y en a (tous ne l’ont pas fait et ce sont contentés d’un retour général, mais heureusement car je pense que les corrections précises auraient fini par être redondantes !). Je note aussi les commentaires les plus importants. À cette étape, je m’attache surtout aux remarques de fond, celles évoquées en début de billet. Les détails, c’est pour après.

2) Laisser reposer

C’est un conseil qui m’a été donné par Stéphane Arnier : ne pas se précipiter sur son manuscrit dès le premier ou le deuxième retour pour commencer à corriger. J’avoue que c’est assez difficile (d’ailleurs vous constatez que je n’ai pas attendu tous les retours pour commencer), mais je pense qu’il a raison. Ce temps de maturation permet (encore une fois) de digérer les remarques et surtout de réfléchir à la manière dont on va rectifier le tir, surtout si on envisage de gros remaniements. ça permet aussi d’avoir une vue d’ensemble : l’avis d’un bêta-lecteur peut être contredit par tous les autres, par exemple. Par contre, si les retours soulignent tous le même problème, c’est qu’il y a quelque chose à revoir.

C’est là aussi qu’intervient sa propre vision des choses : on reste l’auteur malgré tout. C’est là qu’on choisit aussi de ne pas tenir compte de telle ou telle remarque : mais par contre, il faut l’assumer ensuite.

Notes sur les retours de bêta-lecteurs
Réflexions personnelles post-bêta et notes sur un retour (dans mon carnet d’écriture agenda publicitaire recyclé 😉 )

Pour ma part, j’ai attendu d’avoir cinq ou six retours pour ouvrir mon manuscrit et commencer à corriger. Ce n’est pas la majorité, mais comme j’avais les retours des bêta-lecteurs appartenant au groupe des « historiens » et ceux du groupe « technique d’écriture », je pense avoir une vision des problèmes de fond assez représentative. Je pense que les avis des « simples lecteurs » (donc un avis moins technique) va confirmer ce que cette première salve a souligné. Surtout, ces six premiers retours allaient quasiment tous dans le même sens, relevant les mêmes défauts et les mêmes qualités.

3) Préparer les corrections

Là-dessus, je me suis beaucoup inspirée de la routine de Nathalie Bagadey. J’ai pris le manuscrit qui avait le plus de commentaires et de corrections. C’est celui de Leslie, qui a endossé, en plus de la casquette de bêta-lectrice, celle de correctrice et je la remercie du fond du cœur du travail qu’elle a fourni.

Le manuscrit du Sang des Lumières corrigé
Voilà à quoi ressemble un manuscrit corrigé…

J’ai imprimé le manuscrit retouché et j’y ai reporté ensuite, une à une, les remarques des autres bêta-lecteurs. Elles se recoupaient donc c’était assez simple, mais il y a eu aussi des ajouts très intéressants. J’ai utilisé une couleur pour chaque bêta-lecteur (même si Leslie en a utilisé 4 à elle toute seule :p ).

4) Planifier

Avant de planifier, j’ai fait un test sur le premier chapitre pour voir combien de temps je passais à la correction : environ 6h (c’était un chapitre qui nécessitait beaucoup de travail !).

Dans mon bullet journal, je me suis fait un calendrier, ma date butoir idéale étant fin mai et j’ai réparti mes différents chapitres à corriger, à raison d’un ou deux par jour. J’ai enlevé une semaine de vacances où je ne serai pas chez moi (et pas disponible pour écrire, surtout !), mais j’ai compté les week-end. En revanche, je n’ai rien prévu le vendredi, mon jour « off », afin de rattraper éventuellement mon retard de la semaine (j’ai appelé ce jour « soupape », il me semble que c’est une technique de gestion de rendez-vous dans les professions médicales pour résorber l’accumulation des retards dans une journée).

Planning de corrections Sang des Lumières

5) S’y coller !

Yapluka… Ce n’est pas la partie la plus évidente, mais j’aime bien ce moment où l’on interroge sa propre histoire, sa propre écriture. L’avantage de prévoir un chapitre ou deux par jour, c’est que ça découpe la difficulté en petites tranches et ça semble moins insurmontable.

Corrections en direct Sang des Lumières

Je fais mes corrections sur Scribbook : en bleu les scènes à corriger, en vert celles qui sont corrigées, en jaune celle qui est en cours. Je me suis créée aussi un fichier « morceaux » dans lequel je colle des paragraphes que j’aime bien mais qui sont supprimés (ça pourra resservir !).

Lorsque j’aurais terminé toutes mes corrections, il y aura une nouvelle relecture de ma part et peut-être aussi de la part de bêta-lecteurs qui voudront bien relire la même histoire, mais avec les modifications 🙂 (faites-moi signe !).

Voilà, ce petit tour dans les coulisses des corrections est terminé, j’espère que ça vous a plu. On se retrouve la semaine prochaine pour en savoir plus sur les remarques des bêta-lecteurs !

 

Publicités