Voulez-vous être bêta-lecteur ?

Depuis que j’ai fini le premier jet de mon prochain roman, je vous parle souvent de bêta-lecture et de bêta-lecteur. Certains d’entre vous se demandent peut-être ce que ce vocable recouvre vraiment… Voici quelques explications, qui vous donneront peut-être envie (ou pas !!) de tenter l’aventure.

C’est quoi, un bêta-lecteur ?

Ce n’est pas un lecteur qui est bête – bon, je sais, elle était facile ! Le terme de « bêta » est utilisé ici comme on le fait dans le domaine informatique : avant de lancer un nouveau logiciel, un site, une application… on la teste en grandeur réelle, en « presque vrai ». Des utilisateurs cobayes utilisent donc le produit comme ils le feraient en réalité. Leur rôle est de remonter les bugs, les choses qui ne fonctionnent pas, ou mal, ce qu’ils ont aimé ou pas, etc… Cela permet aux développeurs informatiques de corriger les erreurs, de rectifier le tir s’ils se rendent compte qu’ils ont raté leur cible, d’améliorer ce qui ne donne pas entière satisfaction.

pexels-photo-374016.jpeg

En écriture, le bêta-lecteur est donc un lecteur qui lit une version « test » d’un roman : soit le roman n’est pas achevé, soit il est terminé mais il conserve des passages à retravailler. Dans tous les cas, ce n’est pas sa version définitive, c’est plutôt une version de travail.

Quel est le rôle du bêta-lecteur ?

Le même que dans le domaine informatique : lire pour remonter à l’auteur ce qui ne fonctionne pas (et aussi ce qui fonctionne !). Le bêta-lecteur va donc lire comme un lecteur normal, mais en ayant toujours un oeil critique. Attention, critique ne veut pas dire qu’il va assassiner l’auteur à toutes les lignes. Au contraire, il va essayer de prendre du recul sur ce qu’il lit (voir plus loin les qualités d’un bêta-lecteur) pour être le plus objectif possible (la vraie objectivité étant un leurre, mais ça, c’est un autre débat 🙂 ).

Concrètement, la forme de la bêta-lecture dépend de chacun : certains bêta-lecteurs vont lire tout d’une traite et donner un avis général, d’autres vont lire très méticuleusement et souligner chaque incohérence, chaque faute, chaque maladresse. Les deux sont utiles et nécessaires : il est important de savoir si le roman dans son ensemble fonctionne bien (et sinon, où cela pèche), mais aussi de pouvoir corriger tous les petits défauts qui peuvent plomber une bonne histoire.

open-book-library-education-read-159621.jpeg

Le rôle des bêta-lecteurs est très important, notamment en auto-édition, car l’auteur est tout seul avec son texte. En édition traditionnelle un peu moins car il est normalement entouré d’une équipe de travail éditorial, mais ça ne l’empêche pas d’avoir envie de soumettre son premier jet à des lecteurs qu’il connait bien.

Les qualités du bon bêta-lecteur

A mon sens, il y en a trois principales et les deux premières sont indissociables.

  • la bienveillance et la sincérité : Les deux vont ensemble. Comme je le disais plus haut, votre rôle en tant que bêta-lecteur n’est pas d’assassiner l’auteur. Vous êtes là pour signaler ce qui ne fonctionne pas, relever les incohérences, les erreurs, etc. Mais bienveillance ne veut pas dire monde des Bisounours : restez sincère ! Si vous dites que vous avez adoré alors que vous vous êtes ennuyé comme un rat mort, cela ne vas pas aider l’auteur. C’est au contraire très intéressant pour lui de savoir que vous vous êtes ennuyé (vous pouvez peut-être dire à partir de quel moment, pour quelle raison…) : ainsi il pourra corriger le tir.
  • l’humilité : vous êtes un bêta-lecteur, vous n’êtes pas auteur à la place de l’auteur ! Vos remarques doivent être constructives, justifiées, argumentées, non seulement pour que l’auteur sache ce que vous pensez, mais aussi pour lui permettre de décider si oui ou non il corrige. S’il laisse le texte tel quel, ce sera en toute connaissance de cause… mais dans tous les cas, ne lui en veuillez pas de n’avoir pas forcément pris en compte vos corrections.

D’autres qualités sont intéressantes, mais pas forcément obligatoires :

  • être bon lecteur : si vous avez l’habitude de lire beaucoup de livres, notamment dans le domaine du roman dont vous faites la bêta-lecture, c’est encore mieux. Cela dit, j’aime aussi avoir des avis de gens qui ne lisent pas beaucoup, pour savoir si le roman les a intéressés (ou pas.
  • avoir de l’expérience en bêta-lecture / en écriture : c’est un plus pour aider l’auteur à prendre du recul sur ce qu’il a écrit. Pour faire une image, c’est un peu comme quand vous devez donner votre avis sur un gâteau : ce n’est pas la même chose si vous êtes un simple amateur de pâtisserie et si vous êtes pâtissier. Dans le premier cas, votre avis va porter sur le goût, l’aspect, l’odeur… tandis qu’en tant que pâtissier vous aurez sans doute des remarques plus techniques, voire des conseils.

pexels-photo-614973.jpeg

Envie de tenter l’expérience ?

Dans quelques semaines, je vais lancer la première bêta-lecture de mon roman historique Le Sang des Lumières, la suite des aventures d’Eléonore et je souhaite m’entourer d’une petite équipe de bêta-lecteurs.

Ce que je cherche

  • J’ai déjà deux personnes qui se sont proposées, auteurs aussi et qui pourront donc m’apporter un oeil « technique » (mais si vous voulez les rejoindre, pas de souci !).
  • J’aimerais aussi trouver une ou deux personnes qui n’écrivent pas et qui pourront m’apporter un oeil de simple lecteur.
  • S’il y a des personnes aguerries sur la langue (orthographe, grammaire, syntaxe, vocabulaire…), je suis preneuse également (je pense qu’il y a peu de fautes de ce genre, mais plusieurs paires d’yeux valent mieux qu’une !).
  • Cerise sur le gâteau, s’il y a parmi vous des historiens ou des passionnés d’Histoire, votre oeil m’intéresse énormément aussi pour une validation plus historique du contenu.

editing-1756958_960_720

Qu’est-ce qu’on gagne ?

Rien du tout ! 🙂 Le principe de la bêta-lecture est le bénévolat. Quel est l’intérêt pour vous, me direz-vous ? C’est certes la possibilité de découvrir un roman avant tout le monde, mais c’est surtout l’occasion de participer à l’élaboration du roman, d’en être partie prenante. D’ailleurs, je mets toujours un point d’honneur à remercier mes bêta-lecteurs à la fin de mes romans ! 🙂

Alors, ça vous tente ? Je vous invite à me laisser un commentaire sous ce billet, avec votre mail pour que je puisse vous recontacter. Des questions, des suggestions ? Ne soyez pas timides, la seule question bête est celle que l’on n’ose pas poser.

Publicités

18 envies pour 2018

J’avais commencé par intituler mon billet « 18 choses en 2018 », mais je me suis dis que « choses » c’était vraiment vague pour quelqu’un qui se targue d’aimer les mots 😉 . Alors j’ai réfléchi au terme qui me conviendrait mieux, celui qui me ressemblerait le mieux : « projet » sonnait trop professionnel, « idée » trop… créatif, « objectif » trop développement personnel…

Et puis « envie » a surgi, comme une évidence : une envie comme quelque chose qu’on aimerait bien sans savoir si on va pouvoir l’atteindre, une envie comme une envie de fraises ou de chocolat, une envie comme un plaisir. Mon année 2018 sera donc comme ça : avec des envies. Il y a des envies d’écriture, des envies de voyage, des envies plus personnelles, des envies très terre-à-terre… Je vous les partage ?

En 2018, j’ai envie…

  1. … de publier mon 5ème roman : Le Sang des Lumières, évidemment. J’espère pouvoir vous offrir la suite des aventures d’Eléonore pour cet été, en auto-édition sur la plateforme Librinova.
    Le sang des Lumières Roman historique Révolution Française Eléonore Histoire
  2. … d’améliorer ma présence d’auteur sur Facebook (je vous en parlerais la semaine prochaine).
  3. … d’aller dans un parc d’attractions en famille (comme Disneyland c’est fait, ce sera le Futuroscope ou Astérix !).
  4. … de retourner sur l’île de Bréhat (et peut-être m’en inspirer pour mon envie n°11…).
  5. … d’intervenir en médiathèque en tant qu’auteur (ça fait partie de mon plan d’actions).
  6. … de dédicacer mon roman au salon Livre Paris. 🙂
  7. … de revoir mes camarades de promo de l’IUT de journalisme de Tours (normalement, ça devrait se faire à l’occasion des 50 ans de l’école cette année).
  8. … de prendre l’avion avec mes filles (on a déjà pris l’avion avec mon chéri, mais jamais avec les enfants).
  9. … de me baigner dans les eaux turquoise d’une île paradisiaque… genre ça :
    Plage Ile Majorque
  10. … d’emmener ma petite soeur faire « les boutiques » (elle comprendra ! 🙂 ).
  11. … de commencer à réécrire Oraison pour une île, peut-être pour lui trouver un éditeur.
  12. … de m’organiser au travail pour avoir une journée par semaine à consacrer entièrement à l’écriture (et mûrir le projet d’en faire une activité à plein temps).
  13. … de partir un week-end en amoureux (avec option à l’étranger si mon chéri veut bien !).
  14. … d’embellir l’extérieur de la maison (plus prosaïquement, ça va consister en un ravalement de façade pour faire des joints apparents sur la pierre d’ardoise).
  15. … de repenser l’aménagement de la salle de bains du rez-de-chaussée (les travaux, ça sera pour plus tard !).
  16. … de transférer les versions papier des Ombres de Brocéliande et d’Oraison pour une île sur BoD, comme pour Petite Mouette.
  17. … de (re)voir U2 en concert (et pourquoi pas en places VIP !).
  18. … de profiter de la vie et de ceux que j’aime.

L’envie bonus, celle qui ne dépend pas de moi : une grosse maison d’édition pour un autre de mes romans… ou même plusieurs (j’ai envie de rêver, aussi !).

Belle année à vous tous et merci d’être là ❤ .

2018

La semaine prochaine, on parlera un peu plus de mes projets autour de l’écriture : romans, blog, réseaux sociaux, etc. A très vite !

Besoin de lecture pour les vacances ?

L’été se profile… C’est le moment où on remplit ses valises de livres ou sa liseuse d’ebooks, afin de lire sur la plage, à la montagne, à la campagne, sur un transat… bref : tranquille ! Si vous n’avez pas d’idées de lecture, je vous donne trois idées (lesquelles sont très égo-centrées puisqu’elles concernent mes livres :p )… mais pas que !

Envie de lire mes romans ?

Je vous rappelle que mon premier roman Le vent des Lumières sort en librairie chez les Editions Terre d’Histoires (City Editions) en ce moment même (peut-être avec quelques jours de retard, n’hésitez pas à demander au libraire !).

J’ai reçu mes exemplaires cette semaine et je peux vous dire que la fabrication est particulièrement réussie, une très belle mise en page et une couverture qui tape à l’oeil ! La version papier est au prix de 18,90€ (en librairie, donc) et en ebook à 13,99€.

Si c’est le numérique qui vous tente, sachez que deux autres de mes romans seront en promotion à -50% (soit 1,49€) cet été : Petite Mouette  jusqu’au 16 juillet et Oraison pour une île du 4 au 31 juillet. Et si jamais la mer ne vous tente pas, il vous reste Les ombres de Brocéliande (pas de promo, mais à 2,99€ ça reste moins cher qu’une glace !).

Promo de l'été 2017

Envie de lire autre chose ? Mes coups de coeur du moment !

Voilà les dernières lectures qui m’ont enthousiasmée, je vous conseille de vous y plonger car vous passerez un bon moment.

Rien d’autre que la vie / Claire Casti de Rocco

couv ames foret2Anna et Laurent se sont aimés il y a quinze ans. Apprendre la mort de son premier amour, c’est parfois être contrainte à revivre le passé. C’est peut-être aussi s’aventurer à découvrir des vérités bien cachées. Quel est le lien entre la lettre bouleversante que Laurent a écrite à Anna avant de mourir, et la rupture d’un amour inébranlable ? La vie qui danse, rit, hurle, révèle ses joies et ses peines, voilà le fil rouge de ce livre. Un livre tout en émotions où la tentation du bonheur et le doute ne sont jamais très éloignés l’un de l’autre. Avec en toile de fond le somptueux décor des falaises normandes, une invitation au voyage entre présent et passé, une ode à l’amitié et à l’amour. Un hymne à la vie, rien d’autre que la vie.

La fin de ce roman m’a émue aux larmes (ça n’arrive pas très souvent, pourtant…) tellement l’auteure sait nous emporter avec elle dans cette histoire. Elle parle d’amour mais surtout d’amitié, en nous replongeant dans la période des amours de jeunesse, des folies qu’on fait à 16 ans, de ces histoires qui nous marquent jusqu’à l’âge adulte… Un très beau livre (et ce n’est pas parce qu’il est chez le même éditeur que moi que je le dis !) 🙂

En broché (City Editions), 18,90 € / En ebook sur Amazon, 3,99€ (liens affiliés)

La délicatesse du homard / Laure Manel

41qeefmy6rlElle est partie aussi loin qu’elle a pu, pour rejoindre le début du bout du monde… et venir s’échouer au pied d’un rocher face à la mer d’Iroise. Elle dit s’appeler Elsa.
Elle ne veut pas qu’on lui pose de questions.
Qui est-elle ? Que cache-t-elle ?
Et lui, que cache sa rudesse ? Lui qui l’accueille sans même savoir pourquoi…
Un roman à deux voix. Deux voix qui se racontent, et se taisent. Deux voix qui laissent place aux pas des chevaux, au vent qui plie les herbes sur la dune, au ressac sur le rivage et aux souvenirs échoués sur le sable.

C’est encore un livre qui nous plonge dans le passé, mais c’est surtout l’histoire d’une reconstruction, patiente, à petites touches. Comme on découvre à petites touches qui est l’héroïne, au fur et à mesure qu’elle se dévoile à son « sauveur »… C’est un livre écrit à deux voix, tantôt par lui, tantôt par elle. C’est aussi un hommage aux superbes paysages bretons du Finistère… et aux chevaux qui ont un rôle à jouer dans cette histoire.

En broché (Michel Lafon), 18,95€ / En ebook (Amazon), 3,99€ (liens affiliés)

Le blog va faire une pause pendant les vacances… Le temps pour moi de me reposer et d’écrire, bien sûr. Je vous souhaite un bel été… plein de livres 🙂

 

 

 

#CoulissesDuBlog3 : L’orthographe ou le sens des mots

Le sujet de la semaine n°3 de l’événement interblogueurs #CoulissesDuBlog est consacré aux fautes d’orthographe… Vaste sujet ! Je ne prétends pas être irréprochable en la matière, mais il faut avouer que je repère rapidement les fautes. En fait, ça pique les yeux, comme on dit.

Cela dit, je n’en fais pas une affaire d’état, je suis plutôt indulgente, surtout lorsque je sais que ce sont des fautes d’inattention ou des coquilles. Là où j’ai du mal, c’est quand l’auteur ne maîtrise manifestement les règles élémentaires du français et qu’il y a des fautes toutes les trois lignes (voire, tous les trois mots !). Pour ce qui me concerne, je fais peu de fautes naturellement (merci la lecture !). Mais la perfection n’étant pas de ce monde, certaines m’échappent quand même.

dictionary-1619740_960_720

Dans mes romans, je suis vigilante lorsque je suis en phase de correction. En cas de doute, j’ai des outils : le dictionnaire évidemment (en ligne j’aime bien le Trésor informatisé de la Langue Française et le Littré), mais aussi le fameux Bescherelle (un vrai, de 1980 !) et un petit livre indispensable qui s’appelle Dictionnaire des difficultés de la langue française (Larousse). En ligne, il existe également le site Le Bon Patron qui permet une vérification de grammaire et d’orthographe rapide. Je sais qu’il existe des logiciels spécialisés de correction très efficaces comme Antidote, mais je ne les utilise pas.

J’aime les mots, ceux qui ont lu Oraison pour une île l’auront remarqué : j’aime les mots pour leur sens mais aussi pour leur sonorité, leur couleur, l’univers qu’ils portent en eux. Lire un mot déclenche dans le cerveau des images ou des émotions. S’il est mal écrit, on rate la moitié de l’effet, voire la totalité. C’est pour cette raison que je n’adhère pas trop à la réforme de l’orthographe : j’aime aussi le rapport entre l’orthographe (au sens propre : la manière dont on écrit le mot) et l’étymologie (ce que veut dire le mot). Si on écrit orthographe et non ortografe c’est parce qu’on associe les deux racines ortho (la signification grecque est droit) et graphe (dont le sens grec est écrire) : l’orthographe, c’est donc écrire droit. CQFD 🙂 .

Je trouve ainsi intéressant qu’on puisse presque deviner le sens d’un mot à partir de son étymologie… Umberto Eco s’était d’ailleurs brillamment illustré dans l’art d’inventer des intitulés de disciplines scientifiques hautement crédibles en liant des racines étymologiques (dans le livre Comment voyager avec un saumon). Je ne résiste pas à l’envie de vous retranscrire une partie de son Projet d’université d’insignifiance comparée :

IV/ Le département de tétrapilectomie, où l’on étudie l’Hydrogrammatologie, la Luchomiction, la Pyropygie, la Scatotechnie perlocutoire, l’Orchopercussion, la Sodomokinésie et l’Hellénépiphanisation

Note : Malgré les dénominations techniques (dont l’hermétisme est dû, entre autres, à des raisons de décence), le bon étymologiste saura en déduire les contenus qui sont, dans l’ordre : technique de l’écriture sur des surfaces hydriques, art de pisser dans un violon, technique de mettre le feu aux fesses d’autrui, analyse de formules comme « va te faire f… », art de s’en battre les c…, rythmique de la pénétration à posteriori, art d’aller se faire voir chez les Grecs. Par tétrapilectomie, on entend évidemment la science permettant de couper les cheveux en quatre.

L’orthographe est pour moi le sens des mots (cette phrase est d’ailleurs à double… sens !). Un mot est un signe qui fait sens et je me souviens de la découverte passionnante, quand j’étais à l’école de journalisme, de la sémiotique (notamment C.S. Pierce) en lien avec la sémiologie de l’image et des univers de Roland Barthes et Régis Debray.

editing-1756958_960_720

Je voulais profiter de ce billet sur l’orthographe pour remercier Catherine Choupin, autrice indépendante qui publie ses courts romans sur la plateforme Librinova (je vous en recommande la lecture, car l’écriture en est riche et délicatement ciselée). Lorsqu’elle a lu mes romans, elle m’a envoyé des corrections orthographiques, de grammaire et de conjugaison sur mes textes, tout cela avec la bienveillance qui la caractérise : ce n’était pas pour corriger mes fautes, mais pour me faire progresser. Non seulement  cela m’a permis d’être plus vigilante sur mes écrits suivants mais elle m’a aussi ouvert les yeux sur certains tics de langage et sur certains termes que l’on utilise parfois à tort et à travers (par exemple : on ne « réalise » pas une situation, on s’en rend compte).

Détail, me direz-vous… peut-être, mais comme dirait La Bruyère : « Entre toutes les différentes expressions qui peuvent rendre une seule de nos pensées, il n’y en a qu’une qui soit la bonne : on ne la rencontre pas toujours en parlant ou en écrivant; il est vrai néanmoins qu’elle existe, que tout ce qui ne l’est point est faible et ne satisfait point un homme d’esprit qui veut se faire entendre. »

Et vous, l’orthographe, ça vous donne des boutons ou ça vous fait sauter au plafond ?

trucs-de-blogueuse-coulissesdublog-2017

Cet article fait partie de l’événement interblogueurs #CoulissesDuBlog créé par Mia, du blog Trucs de Blogueuse. Pour lire les autres participations, allez sur ce lien.

Enregistrer

Les ombres de Brocéliande : J-7 avant la sortie !

Si vous suivez mon actualité, vous savez que mon quatrième roman, Les ombres de Brocéliande paraîtra aux environs du 29 novembre 2016 (date au hasard : c’est l’anniversaire de ma môman 😉 ).

couverture-les-ombres-de-broceliande

Pour tout savoir sur le roman (résumé, vidéo, liens d’achats etc…) : rendez-vous ici !

Je suis très heureuse de vous offrir cette nouvelle balade dans un coin de Bretagne : cette fois pas de paysages maritimes mais une forêt, celle de mon enfance (ou presque). J’ai grandi à une quinzaine de kilomètres de Brocéliande, destination par conséquent quasi-automatique lorsque nous avions envie d’une promenade en forêt !

J’ai toujours été fascinée par son ambiance si particulière, tellement « magique » qu’on s’attendait toujours à voir surgir une fée de derrière un arbre… J’avais envie de vous montrer ces lieux, de les faire découvrir, non pas en les décrivant par le menu, mais plutôt en partageant ce que je ressens à chaque promenade « en Brocéliande ».

Plutôt que de faire un énième livre « sur » Brocéliande, j’ai donc choisi d’écrire une histoire qui se passe là-bas. Le souvenir d’un manoir perdu au milieu des arbres et dont j’ai oublié le nom et l’emplacement m’a guidée pour imaginer l’histoire de Gabriel.

C’est aussi une réflexion sur la famille, sur les liens entre parents, enfants et grands-parents. Qu’est-ce qui nous attache à un lieu ? Qu’est-ce qui fait nos racines ? Gabriel n’a aucun souvenir du manoir dont il hérite et pourtant il s’y sent comme chez lui. C’est peut-être un hasard ? Mais qui vous dit que le hasard existe vraiment 😉 ?

pub-fb-lodb

Je compte sur vous, en tout cas, pour soutenir le lancement de ce roman : en l’achetant bien sûr mais aussi en partageant l’info dans vos réseaux, en laissant des commentaires, en en parlant autour de vous.

Je vous donne rendez-vous sur ma page Facebook où je vous dévoilerai des extraits, des photos et d’autres choses encore d’ici mercredi prochain.